samedi 16 juin 2012

BRIMBORIONS DE JUIN


Rue Choquet de Lindu. Un type descend de son scooter et discute avec un autre type, qui sort de l'immeuble. Le premier a le pied bandé et enveloppé d'une chaussette orthopédique. Le second n'a qu'une chaussure, et un pied nu.

Déménagement d'Emina et Pierre. Christophe me raconte que son voisin, quand il était petit, faisait des chroniques sur les fleurs et les plantes à la radio. Une sorte de “Nicolas le jardinier” breton. Il s'appelait monsieur Rose, et sa femme Marguerite.

Plus loin dans la rue, il y avait aussi un monsieur Racine, et une famille Delahaye.

“Et puis, savez-vous si la chair, en ces temps-là, ne circulera pas à travers le sang?” Robert Desnos

Cette nuit, des gens sont passés sous notre fenêtre. Dans un demi-sommeil, je les entendais. Ils faisaient de drôles de bruits, comme s'ils allumaient des pétards à longue mèche, qui n'explosaient pas. Et ils riaient doucement et calmement.

J'essaye de prendre des disques de Chansons tombées de la lune dans leur carton, emballés dans leurs pochette plastique souple, mais ils me glissent des mains. J'essaye de les ramasser: ils glissent à nouveau, et mes mains n'arrivent pas à les saisir, comme si c'était des poissons.

Alphonse Le Gastelois, roi des Ecrehous, est mort aujourd'hui. C'était un ermite qui avait réclamé à la reine d'Angleterre, selon le vieux droit normand qui stipulait que toute personne y ayant vécu plus de dix ans pouvait en faire la demande, le titre de roi des Ecrehous, un petit archipel de la Manche.

Il s'était réfugié sur ces îles pour fuir la méchanceté des gens de Jersey, qui l'avaient accusé d'être la bête de Jersey, un tueur pédophile, avant de l'innocenter. Le vrai tueur a été arrêté dix ans plus tard, mais Alphonse est resté sur son île.

Les autorités de Jersey ont tout fait pour faire capoter sa demande. Tracassé par la police, il a fini par revenir vivre dans une cabane près de Saint-Hélier, toujours ermite.

Il paraît qu'il y a un syndrôme assez répandu dans la Manche: celui de vouloir être roi de quelque chose.

C'est la bête de Jersey qui venait faire le Père Noël au sinistre orphelinat des Hauts-de-la-Garenne.


mardi 5 juin 2012

BRIMBORIONS DE MAI


Lu dans Façons d'endormi, façons d'éveillé, de Henri Michaux: « L'homme de nuit en moi n'a pas appris. »

Porte tournante du leclerc du Relecq, sur la vitre, pub pour un policier paru chez Bargain. Le titre: Rennes au galop.

Du train, je regarde passer une vache, qui se frotte contre un hangar. J'ai l'impression qu'elle est énervée, qu'elle donne des coups de pied contre la porte. Je ne vois pas bien. En m'éloignant, même si les arbres la cachent à moitié, j'ai l'impression qu'elle est devenue énorme et qu'elle s'est mise debout.

Croisé Patou, qui est devenu gendarme spécialisé dans les scènes de crime. Je lui demande s'il a parfois affaire à des trucs affreux. Il me dit: “Le type qu'on a retrouvé dans une valise l'été dernier... Ca faisait plusieurs mois. Très spécial....”

Il ajoute: “Le pire, c'est qu'on ne sait toujours pas qui c'est. Il a pas l'air de manquer à grand monde, le pauvre.”

Lu dans Mario Vargas Llosa: “Il s'agit d'un jeu, n'est-ce pas? Et les jeux ne sont guère dangereux tant qu'ils n'essaient pas de sortir de leur espace propre pour empiéter sur la vie réelle.”

Plage: en sortant de l'eau, Pascal avait les doigts tous blancs, comme s'ils allaient tomber.

Carte bloquée en partant en week-end. Trois fois "code erroné". C'était pourtant le bon code, putain. 

Il y a six mois, un type me contacte via facebook. Il veut acheter des disques de l'Eglise, je lui donne la marche à suivre. Il commande La Vie sous cloche et Le Disque vert. Son chèque était sans provisions, et je lui ai renvoyé un mail via facebook pour lui signaler. Aujourd'hui, sa cousine me contacte: elle est tombée sur le message en tentant de clôturer son compte facebook. Il n'a pas pu payer: il est mort, en fait.

En fait, on s'est échangé des mails le 30 août. Le 22 Septembre, je l'ai relancé. Il était mort entre temps. Ses comptes ont été bloqués par la banque.

Sur sa page facebook encore activée, je vois ce statut: “La Vie sous cloche d'Arnaud Le Gouëfflec: toute ma jeunesse dans le Finistère en un seul album.” Ca me fait bizarre.

Et puis le dernier jour, il poste une vidéo de Casimir le Vampire. Puis une chanson de Daniel Balavoine. Après, les messages de condoléances de ses amis. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé.

Le portrait de Mikel est fini. Il faut attendre longtemps que ça sèche.